La taille du pénis fait couler de l’encre sur internet. Jamais les dimensions d’une partie du corps n’auront été aussi importants que celle du sexe masculin. Il faut dire que l’homme porte sur ces attributs génitaux un poids important : celui de sa virilité. L’amalgame entre un gros pénis et une virilité accrue est le mal des mâles de notre air.

La faute aux industries du porno ou à la folie des grandeurs qui caractérise l’homme moderne, allez savoir. En tout cas le fait est que la grande majorité des hommes, qu’ils l’avouent ou non, ont déjà mesuré la taille de leur pénis afin de se comparer aux normes établies par différentes études. Mais parfois cette simple comparaison déclenche un trouble de la perception du corps, connue sous le nom de syndrome du vestiaire.

Le syndrome du vestiaire, qu’est-ce-que c’est ?

Il s’agit d’un trouble psychologique connu sous le nom scientifique de dysmorphophobie génitale (source). C’est une perception anormale du corps, centrée sur le pénis. Celui-ci est perçu comme anormalement trop petit, malgré des mensurations le plus souvent dans les normes. On le connait aujourd’hui comme le syndrome du vestiaire car c’est dans des situations semblables que l’homme complexé se sentira particulièrement mal à l’aise.

L’homme qui souffre du syndrome du vestiaire est convaincu que son sexe est plus petit que celui des autres et que cela se voit ou se sait. Ainsi le sujet évitera toutes les circonstances dans lesquelles il sera amené à se dénuder, même de façon partielle. A noter que l’homme qui souffre du syndrome du vestiaire n’a pas forcément un petit pénis voire un micropénis. Il s’agit d’un trouble psychologique qui déforme la réalité, il apparaît d’ailleurs généralement chez les hommes de pénis de taille moyenne.

 

syndrome du vestiaire

 

Les causes du syndrome du vestiaire

Les facteurs qui causent la dysmorphie génitale ne sont pas encore précisément connus. En effet, comme pour la majorité des troubles neurologiques, le syndrome du vestiaire peut venir d’une combinaison d’évènements variés et peuvent changer selon le patient (source, source). Cela peut être des expériences négatives sur votre apparence, des antécédents familiaux ayant eu ce trouble ou encore des anomalies cérébrales.

Voici une liste non-exhaustive des facteurs pouvant déclencher la dysmorphie génitale chez l’homme :

  • Age : la majeure partie des individus ayant ce trouble l’ont contracté pendant l’adolescence (source).
  • Hérédité : il se pourrait que certains gènes favorisent l’apparition du trouble. Cela explique que dans plusieurs cas, le syndrome se retrouve chez plusieurs membres d’une même famille (source).
  • Expériences de vie négatives : comme par exemple du harcèlement, de la négligence ou de la maltraitance pendant l’enfance (source)
  • Traits de caractères : certains aspects de la personnalité peuvent influer sur l’apparition de la dysmorphie génitale comme par exemple le perfectionnisme (source).
  • Pression de la société : l’apparence a pris beaucoup d’importance et les critères de beauté ou de virilité peuvent favoriser l’apparition du syndrome du vestiaire notamment du fait des films pornographiques (source).
  • Troubles neurologiques : certains problèmes de santé mentale comme l’anxiété ou la dépression peuvent favoriser l’apparition du trouble de dysmorphie (source).

 

Les symptômes et conséquences associés au syndrome du vestiaire

Le syndrome du vestiaire s’accompagne alors de symptômes comportementaux où le garçon va se focaliser sur la taille de son pénis et s’en préoccuper extrêmement. Voici une liste des conséquences associées à la dysmorphie génitale :

  • Paranoïa : l’homme se persuade qu’il a un réel problème et que les autres accordent de l’importance à ce défaut (source).
  • Susceptibilité : le garçon peut croire que les autres se moquent et parlent négativement de son apparence (source).
  • Anxiété et phobie sociale : le sujet va alors éviter de se mettre dans des situations sociales et se renfermer sur lui-même (source).
  • Perte de la confiance : l’adulte ou l’adolescente pourra essayer de compenser ce défaut avec un style, chercher à être rassurer en permanence et chercher à modifier son apparence et la taille de son pénis (source).
  • Conséquences physiques : Il se peut également que l’homme développe des symptômes physiques psychosomatiques tels que des troubles de l’érection ainsi que des troubles de la libido (source).

 

Quand et pourquoi consulter un médecin ?

Le syndrome du vestiaire est considéré par la communauté scientifique comme un trouble neurologique et peut avoir de grave conséquence sur votre santé tel que :

  • Anxiété
  • Dépression
  • Pensées et comportement suicidaires (source).

Il est important de comprendre que la grande majorité des hommes développant ce syndrome ont une taille de pénis tout à fait normale et ce complexe doit être soigné au plus vite pour éviter de développer des troubles plus graves comme ceux exposés ci-dessus. Ainsi, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé ou un psychologue si vous pensez être atteins de cette pathologie.

 

Les solutions pour surmonter ce complexe de grandeur de pénis

Si vous êtes complexé par la taille de votre verge, il existe plusieurs manières de remédier à ce problème et d’agrandir la taille de son pénis. Bien entendu, nous vous conseillons fortement de commencer par en parler à un professionnel de santé.

mesurer son pénis

 

Augmenter la grandeur de son pénis de manière naturelle

L’une des façons de surmonter le complexe de grandeur est tout simplement de s’en occuper plutôt que de s’en préoccuper ! Même avec les meilleurs arguments, la plupart des hommes restent convaincu que leur pénis est trop petit. Il est en effet difficile de se défaire du syndrome du vestiaire car il ne résulte pas d’une pensée logique. Au même titre que n’importe quelle phobie, le syndrome du vestiaire est bien souvent incontrôlable. L’une des solutions que l’on propose à ces patients est de s’orienter vers un traitement naturel qui favorisera la croissance du pénis. L’idée consiste tout simplement à ce que le patient observe par lui-même que son sexe est plus grand. Bien entendu, il est recommandé d’utiliser un produit naturel de qualité, tel qu’un complément alimentaire.

 

La chirurgie du pénis (pénoplastie)

Mise à part les solutions naturelles pour augmenter la taille du pénis afin de lutter contre le syndrome du vestiaire, vous pourrez également opter pour une pénoplastie. C’est-à-dire la chirurgie du pénis. Attention, cette opération doit être murement réfléchie et vous devrez connaître les risques et les conséquences de cette méthode avant d’opter pour la chirurgie (source). En effet, passer par la case opération peut s’avérer efficace mais cette technique est très invasive, douloureuse et coûteuse.

Pour gagner en longueur, le chirurgien sectionnera le ligament supérieur reliant le pénis et le pubis. Cela pourra vous faire gagner 2 cm environs. Cependant cette opération ne fera pas varier la taille du pénis en érection mais seulement au repos. De plus, pendant les érections, votre pénis pourra être penché d’environ 20 degré vers le bas. Ce changement morphologique ne semble pas affecter la qualité des rapports sexuels ni des érections.

Pour gagner en épaisseur, le plasticien pourra vous proposer deux options :

  • La circoncision : si votre pénis n’est pas encore circoncis, le docteur ôtera le prépuce. Cela aura pour effet de donner à votre verge un aspect plus épais.
  • L’injection de graisse : l’autre option sera d’injecter des graisses prélevées de vos cuisses. Cela pourra vous faire gagner jusqu’à 6 millimètres de diamètre.

 

croissance penis

 

Comment prendre confiance en soi ? Thérapie et sophrologie

Il existe d’autres méthodes pour avoir un gros pénis. Cependant, bien qu’elles soient efficaces, elles seront vaines si vous ne travaillez pas sur votre confiance en vous. Pour cela, il y a différentes solutions. Les thérapies cognitives peuvent apporter de bons résultats et vous aider à surmonter le syndrome du vestiaire (source).  Pour cela, n’hésitez pas à en parler à un psychologue ou un professionnel de santé qui saura vous guider dans votre démarche.

Vous pouvez également optez par la sophrologie. Cette pseudo-science n’est pas remboursée par la sécurité sociale mais peut vous aider en agissant sur l’anxiété. En effet, pendant ces séances, le thérapeute aura pour but de vous relaxer et de diminuer le stress excessif que vous détenez.

Si vous avez une partenaire, profitez-en pour lui en parler, elle saura vous rassurer et vous aider à reprendre confiance en vous. Par ailleurs, le simple fait de parler de votre syndrome du vestiaire vous aidera à cibler le problème, à mettre des mots sur votre mal-être. C’est certainement le premier pas vers la guérison.

L’autre méthode qui consiste à prendre confiance en vous est de vous confronter à votre peur. Attention il faut le faire de façon progressive, il n’est pas question d’un strip-tease devant une centaine de personnes ! Par exemple, admettons que vous êtes en train de vous changer dans un vestiaire et que quelqu’un rentre. Ne vous pressez pas, au contraire, prenez votre temps et respirez. Au début vous aurez du mal à vous tranquilliser, c’est sûr, mais si vous êtes tenace, vous verrez que petit à petit vous arriverez à vous détendre jusqu’à pouvoir accepter le regard des autres.

 

Conclusion sur le syndrome du vestiaire

Pour conclure, le syndrome du vestiaire est un trouble psychique qui peut être résolu de plusieurs manières. Nous vous conseillons fortement de commencer à en parler à un professionnel de santé qui saura vous orienter et vous conseiller selon votre cas. N’oubliez pas que plus vous prendrez conscience rapidement du problème, plus vous pourrez résoudre ce problème facilement et plus vous éviterez des conséquences graves.