Le fait d’avoir des baisses de libido, par périodes, peut sembler banal mais quand la situation devient chronique, les conséquences peuvent être graves autant pour celui qui en souffre que pour la personne qui partage sa vie. Avec presque 30 % des français qui disent avoir parfois des troubles de la libido, c’est un problème de grande ampleur qu’il convient de connaître, pour remédier comme il se doit à la situation.

baisse de la libido

Des problèmes de libido plus fréquents qu’on ne le pense

Quand on consulte un sexologue à propos de la nature des visites de ses patients, on constate que l’une des premières raisons qui poussent les français à se rendre chez un spécialiste de la sorte, c’est un trouble de la libido.

Dans une enquête sur la sexualité des français, moins de 2 % des hommes affirment souffrir de troubles de la libido souvent… Toutefois, si on substitue souvent à parfois, on remarque que le chiffre passe à 20.1 %. Des difficultés que ne s’avouent pas forcément les hommes (alors que les femmes semblent plus aptes à en parler ou simplement plus touchées, avec respectivement 6.8 % et 29 % de sondées féminines qui disent en souffrir) et qui, selon les experts, pourraient avoir des origines variées.

Si on en croit les dires du directeur de l’enseignement de la sexologie des CHU de l’Ouest, Pr Patrice Lopes, il faudrait classer les causes de cette libido capricieuse en 3 axes : mémoriel, hormonal et sociétale.

A découvrir : l’anaphrodisie, une perte de l’envie de faire l’amour

Un appel à la mémoire pour trouver les causes de la baisse de libido

Remonter dans le passé d’une personne qui se plaint de trouble de la libido semble tout à fait judicieux, puisque même des années après, un traumatisme ou un blocage peut rejaillir et impacter la vie sexuelle d’un individu.

Il est donc important, pour comprendre les troubles actuels, de connaître le passé de la personne qui consulte. Bien sûr, des abus sexuels ou des expériences traumatisantes auront à coup surs des répercussions sur la sexualité d’un homme ou d’une femme, mais des axes plus subtils méritent d’être explorés.

L’éducation, avec ses tabous et des mauvaises informations propagées, la religion et sa vision étriquée de la sexualité, ou simplement des histoires avec des partenaires qui n’ont pas été bonnes, même si le protagoniste ne s’en rendait pas compte à l’époque. Il arrive qu’une pratique sexuelle qui plaisait tant à un partenaire n’ait été réalisée que par amour, que certains actes rebutaient le pratiquant qui se laissait pour porter par son amant ou sa compagne, jusqu’à une prise de conscience tardive qui entraine le blocage.

Evidemment, l’état de santé mental d’une personne se répercute sur ses capacités au lit. Quelqu’un de libéré dans sa tête rencontrera moins de trouble de la libido qu’une personne qui est prisonnière de certaines angoisses. On peut citer les petites réflexions qu’ont pu subir certains durant leur vie sexuelle, et qui reste gravées dans l’esprit, empêchant un épanouissement total. C’est particulièrement vrai pour les hommes, lorsque cela concerne leurs performances au lit. De plus, un état d’esprit négatif, triste ou dépressif, qui peut être ponctuel ou plus durable, n’arrangera pas les affaires au lit.

libido en berne origine

Trouble de la libido : la faute aux hormones ?

Le deuxième axe dont il faut tenir compte pour comprendre l’origine des troubles de la libido et les vaincre, c’est celui qui touche aux hormones. On sait que pour l’homme, c’est la testostérone qui guide les performances sexuelles et qu’un taux de testostérone trop bas peut avoir des conséquences assez rudes sur la sexualité d’un mâle. Appelée hormone de la virilité, elle cause des problèmes d’érection, une baisse du désir de sexe et peut même mener à une atrophie testiculaire, quand elle vient à manquer.

Du côté de la femme, c’est le mélange entre un manque d’hormones œstrogènes et un trop plein d’hormones androgènes qui peut influencer cette libido. C’est particulièrement flagrant durant la ménopause, ou en plus de voir son corps changer, une femme devra faire face à des troubles hormonaux puissants qui pourront impacter sa libido.

Le corps et le mental sont donc liés et seront les principaux responsables d’un trouble de la libido durable. Toutefois, un troisième facteur est à creuser, selon le Pr Lopes, c’est la société et les influences qu’elle a sur un individu.

La société et son influence sur notre libido

La vie quotidienne est certainement ponctuée de petits bonheurs, mais les tracas ne sont jamais loin : problèmes d’argent, stress au travail, soucis relationnels entre amis voire problèmes de famille, qui sont autant d’angoisse qui vient troubler le désir de sexe, parfois sans qu’on fasse le lien.

Pour un homme, un trop-plein de travail et le manque de repos entraîne inéluctablement une baisse de l’envie de sexe et donc une forte diminution des rapports sexuels. Une étude pour la BBC faisait état en mai 2017 d’une baisse de 15 % des rapports sexuels entre la fin des années 90 et la fin des années 2010. Pourquoi ? Parce que les semaines de travail sont devenues trop intenses, que la pression sociale pour faire de l’argent est immense et que beaucoup de travailleurs privilégient une carrière rapide et sans assez de vacances, à un rythme moins soutenus, au dépend de leur vie sexuelle.

Bien sûr, l’imagerie pornographique serait également à blâmer, puisque les gros consommateurs de vidéos porno ne serait plus véritablement excités par la réalité des rapports et finiraient par privilégier ce qu’ils voient sur leurs écrans. Si chez les plus jeunes, cette déformation de la réalité a pour conséquence une sexualité fantasmée qui n’est pas en phase avec ce qui se passe réellement dans un lit, les porn addict plus âgés et les plus faibles psychologiquement, pourtant conscients de cette différence, deviendraient insensibles mêmes aux images les plus violentes et ne parviendraient plus à se contenter d’une sexualité normale. On parle dans ce cas d’anorexie sexuelle.

Les femmes ne sont pas en reste, face à l’impact de la société sur les troubles de la libido. Si le porno les affecte bien moins, elles sont toutefois plus sensibles aux aléas du vrai monde. Les problèmes relationnels et la charge mentale qu’elles subissent au quotidien les affectent, et elles doivent parfois composer avec l’arrivée d’un bébé, qui bouleverse leur vie professionnelle et leur vie de femme. Souvent, leur état mental change, la dépression ou la tristesse peuvent les envahir et elles délaisseront leur vie sexuelle peu à peu.

Pour un couple, le trouble de la libido de l’un des deux partenaires peut avoir des répercussions importantes.

solution pour rebooster sa libido

Comment sauver son couple en reboostant sa libido ?

Si consulter un sexologue est une bonne idée pour remédier à des troubles du désir sexuel, car il aidera à déterminer les origines du mal, il existe d’autres solutions pour faire face à ce souci et ainsi ne pas mettre en péril son histoire amoureuse.

Il faut être conscient que le mal être de l’un va de pair avec les doutes de l’autre, et que la communication et la psychologie sont la clef, pour résoudre ce problème. Trop de non-dits et de renforcement sur soi-même – une spécialité masculine – n’ont pour autre cause qu’une aggravation du problème.

Pour s’en sortir et retrouver une vie sexuelle épanouie, il faut donc réfléchir aux axes pré-cités – la passé, les hormones et les facteurs sociétaux – puis analyser le problème avant d’en discuter avec la bonne personne, pour trouver la meilleure solution.

Source :