Le priapisme est un dysfonctionnement érectile qui va se traduire par une érection longue (parfois plus de 4 heures et douloureuse. Et surtout qui n’aboutira jamais sur une éjaculation. Ce trouble assez fréquent chez les hommes de quarante ans peut avoir des conséquences graves sur votre vie sexuelle, s’il n’est pas traité à temps. Nous vous expliquons comment le détecter, quelles en sont les causes.

Qu’est-ce que le priapisme ?

Avant de s’intéresser aux causes du priapisme, il est important de comprendre le type dont vous souffrez. En effet, ce trouble de l’érection peut se manifester de différentes manières. Et les traitements pour le soigner seront dans ce cas bien spécifiques. La prise en charge selon la forme de priapisme dont vous souffrez devra également se faire plus ou moins urgemment.

Quelles sont les causes du priapisme ?

Il faut donc distinguer :

  • Le priapisme ischémique. C’est la forme la plus répandue de priapisme. Elle se caractérise par une circulation sanguine très faible. Votre pénis sera généralement très rigide, mais votre érection entrainera des douleurs très importantes (en raison d’une asphyxie des fibres musculaires des corps caverneux de votre pénis). Si vous pensez souffrir de priapisme ischémique, il est crucial que vous consultiez un médecin le plus rapidement possible afin d’éviter de potentielles complications.
  • Le priapisme non ischémique. Cette fois-ci, vous aurez un débit sanguin plus élevé et votre érection sera moins douloureuse. Et surtout moins rigide. Vous pouvez également observer des fuites de sang artériel. Votre pénis sera donc emplit de sang oxygéné. Dans 60 % des cas, aucun traitement ne sera nécessaire et vous guérirez de façon spontanée. Mais si vous êtes toujours en érection au bout de 4 heures, il restera urgent de consulter un médecin afin que tout rentre dans l’ordre.
  • Le priapisme récidivant. Vous aurez dans ce cas une érection récurrente et intermittente. Le plus souvent, cette forme de trouble de l’érection sera traité grâce à une thérapie hormonale.

Certains médecins parleront de priapisme à bas débit (et non de priapisme ischémique) et de priapisme à haut débit (en lieu et place de la forme non ischémique).

Quels sont les symptômes du priapisme ?

Le priapisme est assez simple à diagnostiquer car il se caractérise par la concomitance de trois symptômes principaux.

  • Votre érection sera anormalement longue (plusieurs heures).
  • Vous ressentirez des douleurs importantes (même si ce n’est pas toujours le cas).
  • L’absence d’éjaculation suite à votre érection
  • Vous pouvez également observer que votre gland ne sera pas gonflé (même en érection) et restera mou.

Vous risquez donc de souffrir de priapisme si vos érections sont :

  • Permanentes : la durée de votre érection est un excellent indicateur de votre santé érectile. C’est d’ailleurs la longueur de vos érections qui permettra de diagnostiquer le plus souvent un cas de priapisme. Et c’est celui qui est le plus communément partagé par les différentes formes de priapisme. Donc si vous bandez pendant plus de 4 heures, votre premier réflexe doit être de consulter un médecin. Que votre érection s’accompagne de douleurs ou non.
  • Involontaires : pour savoir si vous souffrez de priapisme, il est également important de vous demander quelle est l’origine de votre érection. Si elle est incontrôlée (c’est à dire qu’elle ne résulte pas d’une stimulation sexuelle), il est possible que vous souffriez de ce trouble érectile. Ce sera par exemple le cas si vous avez une nouvelle érection après un rapport, ou encore dans votre sommeil (en particulier si elle dure longtemps).
  • Douloureuses : il est parfaitement possible d’avoir une érection prolongée sans qu’elle s’accompagne de douleur. C’est le cas par exemple si vous prenez des traitements contre l’impuissance. Mais aussi si vous souffrez de priapisme à haut débit. La douleur est donc un indicateur assez traître, puisqu’elle ne surviendra pas dans tous les cas. Elle permettra cependant de faire la différence entre un cas de priapisme urgent (à bas débit) ou non.

Quelles sont les possibles causes de ce dysfonctionnement érectile ?

La principale cause d’un cas de priapisme sera un trouble lié à la circulation de votre sang. Et notamment :

  • la formation d’un caillot dans vos artères ;
  • la drépanocytose : cette affection génétique va toucher vos globules rouges ;
  • certains cas de leucémie, de cancers, mais aussi de troubles de la coagulation ;
  • les troubles du drainage sanguin par les veines du corps caverneux de votre sexe ;
  • le syndrome myéloprolifératif.

Le priapisme sera également souvent entrainé par la prise d’un traitement médical. Et notamment :

  • les traitements contre l’hypertension (comme les beta-bloquants) ;
  • les antidépresseurs (comme le trazodone) et anxiolytiques ;
  • certains traitements contre les troubles de l’érection (et notamment le Viagra). Mais aussi les injections de papavérine qui sont le plus souvent utilisées pour soigner un cas d’impuissance masculine. Moins utilisés depuis la commercialisation des iPDE5, les stimulants sont rarement à l’origine de priapisme mais ne doivent pas pour autant être écartés ;
  • les neuroleptiques ;
  • un anneau pénien trop serré ;

Votre priapisme peut également être causé par une blessure (notamment si vous avez chevauché une barre ou vous êtes heurté à celle de votre vélo). Ou être la suite logique d’un traumatisme au niveau de votre périné.

Priapisme : quelles en sont les causes et comment le traiter efficacement ?

Cependant, dans un cas sur trois, l’origine de votre priapisme sera impossible à déterminer. Il peut en effet résulter d’une stimulation trop longue. Mais aussi de stress ou d’angoisse lié à vos performances. Une infection urinaire peut également être en cause. Ainsi que la consommation de certaines substances toxiques (notamment l’alcool, le tabac et les drogues).

A lire aussi : Que faire en cas d’érection molle ?

Comment le traiter efficacement et de façon durable ?

Selon l’origine de votre priapisme, les traitements que peut vous conseiller votre médecin seront sensiblement différents. Voici les plus efficaces, et les cas dans lesquels ils s’appliquent.

Ce que vous pouvez faire durant les premières heures

Il est possible de faire passer votre priapisme par vous-même durant les premières heures de votre érection. Vous pouvez par exemple courir ou marcher rapidement afin de créer un appel de votre circulation sanguine qui permettra d’en vider les corps caverneux de votre pénis.

Vous pouvez également passer votre sexe sous un jet d’eau froide ou y appliquer des glaçons (protégé dans une petite serviette). Si vous n’arrivez pas à débander après 4 heures, il sera alors nécessaire de consulter un médecin. Notamment pour éviter des lésions définitives et donc des troubles de l’érection sur le long terme.

Le diagnostic par un professionnel

Un diagnostic précis sera alors nécessaire pour déterminer le meilleur traitement pour soigner votre priapisme. Votre médecin réalisera ainsi une ponction afin d’analyser les gazs de votre sang et vérifier son taux d’oxygénation. S’il est élevé, il faudra alors intervenir urgemment.

Les différents traitements possibles

Par la suite, votre médecin peut commencer par vous prescrire des médicaments alpha stimulants. Ingérés oralement ou injectés localement, ils entrainement une vasoconstriction des corps caverneux de votre sexe dans un délai de 24 heures.

Si cette première intervention n’est pas suffisante pour traiter votre priapisme, il pourra alors procéder à une ponction afin de vider votre sexe de son sang. En dernier recours, il peut également réaliser, assisté d’un urologue) un shunt ou une dérivation. Cela permettra de faire circuler le sang logé dans vos corps caverneux jusqu’au gland de votre pénis.

Ce dernier est en effet constitué de tissus spongieux qui vont permettre d’évacuer le sang et la pression excessive. Cette intervention se fera le plus souvent sous anesthésie générale). Et en cas de priapisme à haut débit, ce dernier pourra au contraire utiliser un bouchon (réalisé via une ligature ou par compression) afin de réduire la fuite.

La chirurgie

Dans les cas les plus graves, une intervention chirurgicale sera nécessaire. C’est notamment indispensable si votre priapisme dure plus de 48 heures. Elle permettra notamment de drainer normalement le sang coincé dans vos corps caverneux. Mais doit pour cela être pratiqué le plus rapidement possible, afin d’éviter d’éventuelles complications et séquelles.

Votre médecin effectuera une ponction de votre corps caverneux. Puis, il réalisera un lavage en utilisant un sérum physiologique et injectera pour finir un alphastimulant (le plus souvent de l’Effortil). Attention cependant à éviter les injections d’adrénaline qui peuvent entrainer des complications graves et stopper brutalement la circulation de votre sang.

La prothèse pénienne

Le traitement de votre priapisme peut malheureusement entrainer des problèmes d’impuissance. Dans ce cas, votre médecin peut vous conseiller la pose d’une prothèse du pénis. Elle permettra ainsi de gonfler et dégonfler votre sexe sur commande, et donc d’éviter les troubles de l’érection.Comment soigner le priapisme ?

Une perforation de vos corps caverneux (parce qu’ils sont fibreux) sera nécessaire pour les aider à retrouver leur élasticité.Après perforation, il vous introduira les prothèses à proprement parlées, qui sont souvent constituées de plastique.

Pour agir au plus vite ?

Le traitement de votre priapisme et l’attitude à adopter dépendra en grande partie de la fréquence de vos problèmes d’érection. En effet, une intervention rapide sera nécessaire uniquement s’il ne s’agit pas d’un cas isolé, mais d’accidents intermittents. En effet, si vous avez des érections prolongées durant la nuit ou qui se révèlent inconfortables et difficiles à contrôler pendant la journée, il est indispensable de consulter un professionnel pour éviter la destruction de votre tissu caverneux. Car un telle complication peut vous rendre impuissant.

En effet, la détumescence de votre verge, qui peut se produire après un épisode de priapisme peut provoquer une impuissance définitive. Vos tissus auront perdu de leur élasticité, et ils ne pourront plus de distendre (un phénomène nécessaire pour que vous puissiez bander). Et dans ce cas, seule la pose d’une prothèse se révélera efficace.

Sur le même sujet : Je ne bande plus, que faire ?