Le priapisme est défini comme une érection persistante et douloureuse qui dure plus de 4 heures. Ce trouble de l’érection peut avoir des conséquences graves sur votre santé et engendrer des dysfonctions sexuelles s’il n’est pas pris en charge à temps. Entre cause, symptômes, diagnostiques et traitements, voici tout ce que vous devez savoir sur le priapisme.

 

Définition du priapisme

Quelles sont les causes du priapisme ?

Le priapisme est une condition pathologique défini par des érections (source) :

  • Persistantes : toute érection de plus de 4 heures est considéré comme anormale et dois faire l’objet d’un contrôle médical.
  • Douloureuses (facultatives) : tout dépend du type de priapisme auquel vous êtes assujettis. De fortes douleurs au niveau du pénis peuvent survenir.
  • Involontaires : la verge entre en érection sans que vous soyez forcément excité sexuellement.

Cette dysfonction érectile est rare et affecte en générale les hommes de plus de 30 ans (source). Il existe 2 types de priapismes différents à savoir :

  • Ischémique ou à faible débit :  C’est la forme la plus répandue de priapisme. Elle est caractérisée par une circulation sanguine très faible et de fortes douleurs au niveau de la verge. Généralement, cette forme est dû à un blocage du sang au niveau des chambres érectiles.  (source).
  • Non ischémique ou à haut débit : Plus rare et souvent moins douloureux, le priapisme haut débit est caractérisé par une circulation sanguine à très forte pression. Généralement, cette condition se traduit par une artère rompue suite à une blessure ou une lésion au niveau du pénis ou du périnée (source).
Toutes érections qui durent plus de 4 heures sont considérées comme une urgence médicale. Ainsi, il est fortement conseillé de consulter au plus vite sous peine de subir des lésions irréversibles et une dysfonction de l’érection permanente.

 

Mieux comprendre les symptômes et la crise de priapisme

Une érection anormale qui dure plusieurs heures est une urgence médicale. En effet, le sang présent au niveau du sexe ne circule plus et sera alors privé d’oxygène. De la sorte, les tissus de la verge ne seront pas oxygénés non plus, ce qui peut entrainer des lésions ou même, la destruction des tissus péniens.

érection incontrolée

A terme, ce type de physiopathologie peut entrainer une dysfonction érectile permanente. Il est alors important de connaître les symptômes associés à une crise de priapisme. En effet, cela vous permettra de prendre en main plus rapidement la situation.

Comme expliqué précédemment, une crise de priapisme se caractérise par :

  • Une érection incontrôlée et sans stimulation sexuelle préalable.
  • De potentielles douleurs dont l’intensité peut varier selon le type de priapisme et en fonction de l’individu.
  • Une érection qui dure plus de 4 heures.

D’autres symptômes peuvent s’ajouter à cette liste comme :

  • Absence d’éjaculation suite à l’érection.
  • L’érection est anormale et le gland n’est pas gonflé et reste mou.

L’érection incontrôlée peut arriver à n’importe quel moment de la journée. Lorsqu’il survient la nuit, les spécialistes parlent de priapisme nocturne.

 

Quels sont les causes possibles du priapisme ?

Les causes du priapisme peuvent être nombreuses et peuvent diverger selon le type ischémique et non ischémique. Entre autres, il est possible de diviser les causes en 2 catégories distinctes : pathologique et médicamenteuse.

 

Causes pathologiques

Le priapisme est symptomatique d’un problème de circulation sanguine dans votre pénis. Dans le cas du priapisme à haut débit la raison est souvent une artère endommagée au niveau de vos fonctions sexuelles. Cela envoie ainsi une pression anormalement élevée de sang au niveau de la verge la mettant ainsi en érection.

Dans le cas du priapisme à faible débit ou ischémique, la condition est souvent symptomatique d’une autre maladie telle que (source) :

  • Formation d’un caillot dans les vaisseaux sanguins de la verge.
  • La drépanocytose (affection génétique qui touche les globules rouges).
  • Certains cas de leucémie, d’anémie falciforme mais également des troubles de la coagulation.
  • Problèmes de drainage sanguin par les veines du corps caverneux du pénis.
  • Certains types de cancer comme le myélome multiple.

 

Les traitements médicamenteux

Certains traitements peuvent être à l’origine du priapisme. Une revue scientifique a répertorié tous les médicaments connus pour pouvoir induire le priapisme en tant qu’effet secondaire. Parmi ces traitements médicamenteux il y a (source) :

  • Les bêta-bloquants (pour lutter contre l’hypertension artérielle)
  • Certains antidépresseurs comme le trazodone et les anxiolytiques.
  • Les anxiolytiques.
  • Les traitements contre les troubles de l’érection : le viagra mal administré peut engendrer ce type de complication. Également, les injections de papavérine qui sont administrées comme solution à l’impuissance masculine sexuelle peuvent induire une érection incontrôlée.
  • Les neuroleptiques ou psychotropes : souvent administré contre les troubles psychiques ou encore l’hyperactivité.
  • Les anticoagulants.
  • Un anneau pénien trop serré.
  • Les thérapies hormonales.

Également, le priapisme peut être dû à un excès d’alcool, de drogues u d’empoisonnement comme une morsure de l’araignée veuve noire (source) ou une surexposition au monoxyde de carbone (source).

 

Nouvel effet secondaire du Covid-19 ?

Une équipe de recherche française à mis en avant en 2020 que le Covid-19 également appelé Sars Cov-2 pourrait engendrer une érection persistante et incontrôlée  semblable au priapisme chez certains patients (source).  Attention toutefois, cette observation reste encore ponctuelle et la communauté scientifique n’a pas encore statué sur la véracité de cette constatation.

 

Les complications possibles

Le priapisme peut être induit par de nombreuses pathologie et traitements thérapeutique. Cependant, cette érection incontrôlée peut également, donner lieu à des complications surtout si elle n’est pas traitée dans les plus brefs délais. Entre autres, les complications possibles sont :

  • Une ischémie : c’est la diminution d’apport sanguin à un organe et cela se traduit dans ce cas-là par une privation d’oxygène au niveau du pénis et des fonctions sexuelles.
  • Une thrombose : la coagulation du sang se retrouve bloquée dans la verge.
  • Dysfonction érectile ou impuissance : les tissus endommagés notamment ceux des vaisseaux sanguins du sexe peuvent engendrer des problèmes d’érection sur le long terme.
  • Gangrène : dans les cas les plus sérieux, la gangrène peut survenir suite au priapisme (source).

 

Comment un médecin peut-il diagnostiquer le priapisme ?

priapisme nocture

Si vous présentez les symptômes associés au priapisme, il vous faudra consulter dans les plus brefs délais un professionnel de santé. En effet, celui-ci commencera par effectuer des examens diagnostiques afin de vérifier vos doutes. Par la suite, des tests complémentaires seront réalisés afin de connaître le type de priapisme dont vous souffrez. En effet, les traitements seront différents selon les causes de l’érection incontrôlée. Pour cela les examens réalisés peuvent être :

 

Mesure des gaz sanguins

Un échantillon de sang est prélevé de votre pénis puis analysé. Si l’échantillon présente une privation d’oxygène, vous serez diagnostiqué comme ayant un priapisme ischémique. A l’inverse, si le sang est de couleur rouge vif, vous n’aurez pas de problème oxygénation. Ainsi, vous serez diagnostiqué comme ayant un priapisme non-ischémique.

 

Des analyses de sang

En complément du premier test, le professionnel de santé peut réaliser une analyse sanguine plus approfondie. Cela aura pour objectif de connaître la cause du priapisme. Pour cela les analystes vont mesurer le taux de globules rouges et de plaquettes. Ce test peut aider votre médecin à diagnostiquer d’éventuels troubles sanguins (comme l’anémie falciforme), un cancer ou la drépanocytose.

 

Test de toxicologie

Comme expliqué précédemment, l’une des causes du priapisme peut être l’abus de drogues, d’alcool, un empoisonnement ou encore un traitement médicamenteux. Ainsi, pour écarter ou confirmer cette hypothèse le médecin pourra prélever un échantillon urinaire afin de dépister toute trace toxicologique.

 

Ultrason

Si votre médecin soupçonne un priapisme haut débit, celui-ci pourra vous prescrire une échographie. Cela aura pour objectif de déterminer le type de traumatisme ou la blessure sous adjacent à votre dysfonction érectile.

 

Priapisme féminin : le clitorisme

Le clitoris peut également avoir une fonction érectile. Ainsi, l’organe féminin peut également souffrir de priapisme. Dans ce cas là, on parle de clitorisme, le priapisme féminin (source). Cette condition est très similaire à l’érection incontrôlée masculine. En effet, les causes et symptômes sont similaires. La femme pourra alors subir une érection douloureuse, prolongée et sans excitation sexuelle. De la même manière que pour la condition masculine, il est fortement recommandé de consulter un médecin dans les plus brefs délais.

 

Prise en charge et traitements actuels

Dans un premier temps, le médecin qui prend en charge un patient atteint de priapisme a pour objectif de :

  •  Soulager le malade et mettre fin à l’érection.
  • Trouver la cause.
  • Éviter la récidive.

Par la suite, le traitement administré dépendra du type d’érection incontrôlée dont vous êtes sujet.

 

Traitement du priapisme à haut débit

Ainsi, si vous êtes sujet à un priapisme à haut débit ou également appelé non-ischémique, le traitement immédiat n’est pas forcément nécessaire. En effet, en fonction du cas, cette érection pourrait disparaitre toute seule. De cette manière, le médecin pourra vous prendre en observation avant de vous prescrire un traitement. Par la suite, les thérapies utilisées peuvent être (source) :

  • Application d’un bloc de glace au niveau de votre verge : en effet, la thérapie par le froid peut arrêter l’érection involontaire.
  • L’intervention chirurgicale : s’il n’est pas possible d’arrêter l’érection, le spécialiste pourra suggérer une opération afin de réparer les vaisseaux endommagés.

 

Traitement du priapisme à faible débit

Dans le cas d’un priapisme à faible débit, le traitement parait comme indispensable. En effet, votre verge ne sera pas suffisamment irriguée en oxygène. Ainsi, il faudra intervenir rapidement afin d’éviter une potentielle complication. Dans ce cas, plusieurs traitements peuvent être avancés :

  • Élimination de l’excès de sang du pénis : le professionnel va utiliser une aiguille et une seringue afin d’éliminer l’éventuelle obstruction présente. En général, cette intervention va permettre d’arrêter l’érection incontrôlée et soulager la douleur (source).
  • Injection médicamenteuse : dans certains cas, un traitement médicamenteux est nécessaire. L’objectif est de dilater les vaisseaux sanguins présents au niveau du pénis et du périnée. Ainsi, avec cette thérapie, votre flux sanguin va augmenter et l’érection va disparaître (source).
  • Intervention chirurgicale : dans le cas où aucune des autres thérapies ne fonctionnent, une opération peut être envisagée afin d’améliorer la circulation sanguine de votre sexe (source).

 

Pour conclure, le priapisme est une urgence médicale caractérisée par une érection involontaire, persistante et souvent douloureuse.

 

Il existe un priapisme féminin appelé le clitorisme.

 

Dans les deux cas, il est important d’aller consulter au plus vite un professionnel de santé. En effet, celui-ci pourra vous diagnostiquer et vous proposer un traitement adéquat afin de vous soulager et d’éviter une potentielle complication médicale.