Explications sur les pertes blanches pendant la grossesse

0

La grossesse est une période plutôt délicate de la vie de la femme. C’est une époque certes magique dans la mesure où la future maman porte en son sein une nouvelle vie. Néanmoins, les neuf mois s’accompagnent également de différents bouleversements. Il est notamment possible que des pertes blanches se manifestent. Comment s’expliquent-elles ? Avant d’aller plus loin et pour plus de détail, pensez à consulter l’article dédié aux pertes blanches sur le site de référence www.lorraine-evoluence.com.

Les bouleversements durant la grossesse : les pertes blanches

Dès le début de la grossesse, la future maman ressent des changements s’opérer dans son corps. Les hormones sont bouleversées et causent différents symptômes parmi lesquels on retrouve les pertes blanches. D’une manière générale, les sécrétions vaginales augmentent durent la grossesse et il s’agit d’un phénomène tout à fait normal qui ne devrait pas alarmer.

Les pertes blanches qui surviennent durant la grossesse affichent normalement une apparence laiteuse. Il est possible que celles-ci affichent une texture très fluide, donnant à la femme enceinte d’être constamment « mouillée ». En ce qui concerne la couleur, elles peuvent aussi bien être blanches, jaunes, transparentes ou non.

pertes blanches pendant la grossesse

Quand faut-il s’alarmer ?

Si les pertes blanches constituent un phénomène normal durant la grossesse, il existe quand même des cas où il faut s’alarmer et consulter un médecin. Ainsi, lorsque celles-ci sont accompagnées d’autres symptômes inhabituels, il ne faut pas les ignorer. En cas de démangeaisons, d’odeurs désagréables ou encore de brûlures, cela peut être le signe d’une mycose causée par un champignon. Si les pertes sont très liquides et prennent une couleur jaune, c’est généralement le Trichomonas qui est en cause. Parfois, les symptômes additionnels sont encore beaucoup plus alarmants, comme les brûlures ou la fièvre. Il peut s’agir d’une infection qui doit être considérée avec sérieux et être traitée au plus vite. À la moindre suspicion, il est vivement recommandé d’en faire part au gynécologue pour prendre les mesures qui s’imposent.

Pertes blanches suspectes : le traitement

En cas de doute, une consultation s’impose donc. Le médecin ou gynécologue prendra les dispositions nécessaires. D’une manière générale, une bactériologie vaginale est préconisée. Après prélèvement et identification du germe responsable, le traitement adéquat est prescrit. Les médicaments ainsi recommandés sont à peu près les mêmes que ceux conseillés pour une infection classique survenant chez une femme qui n’est pas enceinte. Ici, il est néanmoins tenu compte des contre-indications.

Le médecin prescrit généralement un traitement local durant entre 3 et 10 jours selon le cas. Durant cette période, la femme enceinte va utiliser des ovules. À noter que le futur papa est également soumis à un traitement, notamment une crème à appliquer au niveau de son pénis. Ceci est valable que le monsieur soit ou non sujet à des irritations. Ce, afin d’éviter une nouvelle contamination. Dans tous les cas, il est indispensable de respecter scrupuleusement le traitement. Un examen de contrôle est même vivement conseillé pour s’assurer que le germe a bien été éradiqué.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les infections survenant en cours de grossesse et accompagnées de pertes blanches anormales sont généralement bénignes. Toutefois, il est essentiel de les traiter le plus rapidement possible pour éviter les complications.

Autres recommandations

Face à des pertes blanches « normales », il n’y a pas de précautions particulières à prendre. Au contraire, il ne faut pas céder à la tentation d’adopter une hygiène intime intense dans le but de se débarrasser des pertes blanches. Ce qui pourrait avoir un effet négatif en perturbant l’équilibre de la microflore vaginale. Cela peut même favoriser une infection. La toilette intime restera externe, en faisant appel à un savon doux.

Partager

Commenter