Le CES – Consumer Electronics Show – est l’un des plus grands événements pour la Tech’ mondiale et il est organisé chaque année depuis plusieurs décennies. Installé à Las Vegas en 2020, il a accueilli quelques nouveautés, parmi lesquelles une dizaine de stands dédiés aux Sextoys. Une évolution intéressante, alors qu’une polémique avait éclaté l’année dernière au sujet d’un prix…remis à un sextoy pour femme.

sextech CES 2020

Des stands de sextoys 2020 au CES de Las Vegas

Parmi les nombreux produits novateurs qui ont été présenté au CES 2020 de Las Vegas, il y avait les habituels TV connectés, des smartphones, des objets innovants comme le four connecté, des véhicules intelligents voire même…une pomme de terre connectée. Mais la véritable révolution vient dans l’acceptation d’un genre qui a fait polémique en 2019 : le sextoy.

Cette année, une dizaine de stands de jouets sexuels ont pu s’installer dans les allées du salon, légitimant de ce fait la Sextech auprès des professionnels. Les visiteurs ont pu croiser des produits innovants, utilisant les dernières avancées technologiques, et non pas de simples godes. C’était, pour les organisateurs, la condition Sine Qua Non pour que l’inscription au CES soit validée pour ces entreprises.

Dans le passé, on a bien pu croiser des poupées sexuelles très réalistes, voire des systèmes de réalité virtuelle destinés au plaisir sexuel, mais ces appareils avaient une caractéristique commune : il se destinait au plaisir masculin. Quand en 2019, un sextoy pour femme a gagné une récompense, avant de se la voir retirer, la polémique a éclaté.

A lire : pourquoi le sexe est bon pour nous ?

De la controverse à l’acceptation

Au CES 2019, le sextoy Osé, destiné uniquement à la gente féminine avec sa reproduction des sensations de bouche, de doigt ou de langue pour faire grimper l’excitation féminine, a remporté un award de l’innovation. Une récompense bienvenue…qui lui a été retiré dans la foulée !

Les organisateurs ont en effet décidé après coup que ce produit faisait parties des objets immoraux, obscènes, indécents, profanes ou ne correspondant pas à l’image du CES, et non seulement ils ont annulé leur décision de primer l’objet, et sa créatrice, – Lora Haddock, de la société LoraDiCarlo – s’est vu interdire de présenter son sextoy durant l’événement. Il n’en fallait pas plus pour que les accusations de sexisme arrivent, car si les produits pour le plaisir des hommes ont leur place dans ce salon de la tech, pourquoi ceux pour les femmes sont-ils jugés obscènes ?

Malgré un nouveau retour en arrière pour tenter de sortir de la polémique, qui a vu le Sextoy se faire disqualifier car il n’entrait pas dans la bonne catégorie (Robotique et drones), le débat concernant la place de ses objets pour les femmes a été lancé et il semble que cela ait porté ses fruits, avec en 2020 plusieurs représentants de ces produits.

Le Sextech serait-elle donc sur le point d’être totalement acceptée dans ce monde d’innovation ? En tous cas, le futur de la sexualité devrait bel et bien passer par ces objets connectés, notamment pour les femmes !

award sextoy las vegas sextech

L’innovation pour le plaisir de femmes

Durant ce CES 2020, plusieurs sextoys pour femmes ont été présenté. On a retrouvé deux nouvelles créations de Lora Dicarlo, qui après son fameux sextoy Osé a sorti un masseur robot du point G, et un jouet destiné à stimuler le clitoris. Toujours à la pointe de la technologie, car elle les développe avec l’un des laboratoires robotiques les plus fameux des Etats-Unis, ces appareils sont fabriqués pour permettre aux femmes d’atteindre l’orgasme a tous les coups. Pour ne pas être remplacé, les hommes feraient donc bien d’apprendre à être des bons coups… !

D’autres sextoys ont fait leur apparition, comme les produits OhMybod qui peuvent vibrer ou être connectée avec votre lecteur de musique, pour du plaisir en rythme avec vos musiques favorites, ou bien cet étonnant objet qui collecte les données de l’orgasme avec un but louable : permettre d’améliorer la jouissance féminine !

Sur les stands santé et bien-être ou ils sont cantonnés, les sextoys du cru 2020 du salon sont pour les femmes, ou pour les couples… mais on ne voit plus de produits consacrés uniquement aux plaisirs des hommes. Une réaction aux accusations de sexisme de l’année précédente ? Un syndrome post-Metoo qui empêche certaines représentations de la femme ? Toujours est-il que les jouets pour le plaisir évoluent, et permettent de se rapprocher toujours plus du plaisir de vrais rapports sexuels.

Pour la plus grande joie de tout ? Pas vraiment !

Des hommes en colère… ?

sextoy femme

Certains hommes trouvent que la décision d’interdire les sextoys aux formes trop proches de l’anatomie réelle  (bouche, vagin…), allant jusqu’à parler de discrimination et d’hypocrisie. C’est le cas de Brian Sloan, qui a créé un simulateur de fellation qu’il ne peut pas présenter au CES.

Il explique, dans une lettre adressée aux organisateurs du salon, que si le CES a œuvré cette année pour la déstigmatisation des objets pour le plaisir féminin, il a à côté de ça créé une nouvelle stigmatisation, en prohibant les sextoys pour le plaisir des hommes.

Une affirmation pas totalement correcte, puisqu’un stand de ce CES 2020 était consacré aux hommes et à l’un des problèmes qui les touchent le plus : l’éjaculation précoce. Avec ce patch – présenté sur un mannequin sans sexe pour être en accord avec les règles du salon – il serait possible d’inhiber les nerfs du pénis pour durer plus longtemps. Une solution novatrice, qui s’ajoute aux méthodes actuelles pour retarder l’éjaculation.

La technologie de 2020 annonce de belles choses en matière de sexe et les femmes sont donc à l’honneur. On verre, dès l’année prochaine, si la sextech a gagné sa place durablement sur le salon et si les sextoys destinés à tous les sexes ont le droit de siéger cette fois-ci.

Source :